Les tendons requièrent toutes nos attentions

Les tendons sont le plus souvent considérés comme des « ficelles » dont l’unique fonction serait de faire un lien mécanique entre l’architecture (le squelette) et le mouvement (le muscle). C’est ignorer que la partie tendineuse est parfois plus conséquente que le muscle lui-même, et que nos tendons sont largement garnis de récepteurs nerveux qui participent activement au bon fonctionnement de l’ensemble.
Le masseur s’intéresse tout particulièrement aux zones tendineuses qui, au même titre que les fascias, sont essentielles tant au métabolisme qu’à l’équilibre postural.

 

Masser les tendons, pas moins que le reste

Les tendons sont constitués de faisceaux de fibres de collagène, à forte résistance. Moins irrigués et moins mobiles que les autres masses musculaires ou de fascias, ils sont particulièrement exposés au stockage des déchets organiques. C’est pourquoi la prévention de l’inflammation des tendons (la tendinite) passe par une bonne hydratation, qui contribue à l’élimination générale des déchets et, par conséquent, limite leur stockage dans les zones tendineuses. En sollicitant les tendons, le sport (raisonné) est également une bonne contribution à leur entretien. Le masseur, quant à lui, peut apporter sa pierre à l’édifice en travaillant la souplesse, l’irrigation et la décongestion des zones tendineuses.

Le massage des tendons s’exécute selon de grandes chaînes

Les tendons, plus que les muscles, participent au continuum de la structure corporelle. Situés à la conjonction os/muscles, ils se trouvent de fait au centre du système architectural du corps humain.

Ce rôle s’illustre visuellement dans l’image ci-dessus qui met en évidence la présence continue des tendons, du sacrum jusqu’à l’atlas (C1), voire jusqu’au sommet du crâne. De la bonne santé de cette zone tendineuse, dépend la qualité mécanique, dynamique et posturale de toute la zone cervicale, dorsale et lombaire.

Massage d’un blindage, plus que d’une ficelle

Loin d’être les ficelles du bout des muscles, les tendons s’agencent en bandes parfois larges et épaisses. Nous voyons ici, sur le côté extérieur de la cuisse, le fascia lata, un ensemble (une aponévrose fibro-conjonctive) qui prolonge deux muscles en en réunissant les effets : le tenseur du fascia lata et le grand glutéal.

Le fascia lata se caractérise par un épaississement longitudinal descendant sur le bord latéral de la cuisse : le tractus ilio-tibial. Ce blindage tendineux a pour mission de conjuguer la solidité et la mobilité de la zone hanche / genou. Pour autant, il n’en réagit pas moins comme tout tendon qui se respecte, en accumulant les déchets. La zone est difficile à masser car elle exige une grande profondeur de massage (sinon point d’efficacité) tout en s’avérant douloureuse.

Un train de tendons peut en cacher un autre

La zone du sacrum constitue un ensemble tendineux particulièrement dense, complexe et épais. Elle comprend, en surface, les imposants tendons des deux grands dorsaux (figure 1). Et en profondeur, les tendons des longissimus, des ilio-costaux des lombes, des transverses et des dentelés (figure 2). Si l’on considère que le tout est recouvert d’un fascia externe particulièrement fibreux et sujet à congestions, on voit à quel point la zone sacrum s’avère névralgique.

Figure 1

Figure 2

Le tendon est la partie du muscle en forme de cordons qui prolonge le corps musculaire. Les tendons sont fixés sur les parties du squelette et servent d'attaches au muscle. De couleur blanche, et d'aspect plutôt large et épais, ils possèdent une forte résistance due à leur structure en faisceaux de fibres de collagène. Ils appartiennent aux tissus conjonctifs avec un réseau de fibres beaucoup plus organisé que la plupart des tissus conjonctifs. Les tendons ont pour fonction de stabiliser par intermittence des articulations osseuses (tandis que les ligaments offrent une stabilité permanente) avec l'aide du muscle auquel ils sont liés. Chaque tendon permet aussi de transmettre les forces musculaires aux pièces osseuses. Le tendon et le muscle forment une composante dynamique qui permet le mouvement. Bien qu'un tendon soit peu vascularisé, on y trouve d'innombrables nerfs fournissant une information précise sur la charge tractée ainsi que sur la position du membre auquel il est attaché. L'organe tendineux de Golgi est un propriocepteur situé dans le tendon qui informe du changement de tension du muscle qui y est rattaché. Il envoie des influx nerveux au système nerveux central, plus la tension est importante plus l'influx sera important. Source : wikipedia

© Les illustrations sont créées avec Visible body.

© Joël Massage Bastia Corse www.joel.mic.fr

 

 

Articles similaires