La réflexologie

J’ai de la réflexologie deux lectures un peu contradictoires. J’en prends et j’en laisse. Et ne la pratique pas en tant que telle. Quoi que

Dans un sens, j’en accepte le legs : ce champ de connaissances est ancien et largement répandu. Cela m’invite à lui faire le crédit d’un savoir respectable. Ceci d’autant que mes représentations du corps humain sont en accord avec l’idée même d’une mise en réseau entre différents points du corps, internes comme externes. J’ai d’ailleurs expérimenté sur mes modèles les bienfaits d’un massage des pieds. Bienfaits qui vont au-delà de la zone des pieds par elle-même. J’ai également constaté, à de nombreuses reprises, que le massage des pieds pouvait déclencher des manifestations du système digestif suffisamment concordantes et intempestives pour témoigner d’une relation de cause à effet. Donc, OK, moi, masseur, installé aux pieds d’un recevant, je suis devant la joyeuse idée qu’en appuyant sur les bons boutons je peux faire une sacrée partie de flipper.

Pour autant, dans un autre sens, cette connaissance ne m’interpelle que moyennement. Mes quelques expérimentations de la réflexologie, sur moi-même et sur des recevants, ne m’ont pas convaincu qu’il m’est utile de faire la différence entre un savant massage des pieds et une intention de massage du corps par réflexologie plantaire. J’ai par ailleurs un peu de mal avec l’idée qu’un malin créateur s’est évertué à recréer sous mes pieds une exacte représentation de tous mes organes, quel que soit le système auquel ils appartiennent (musculo-squelettique ; digestif ; lymphatique ; circulatoire…), y compris un point pour chacune de mes 32 dents. J’entends bien qu’effectivement tout est dans tout et que chaque cellule spécialisée est porteuse de l’ADN de l’ensemble. Mais je trouve ce systématisme pour le moins tiré par les cheveux (tient, d’ailleurs, je n’ai pas trouvé le point réflexe des cheveux sur la carte des pieds !). Je relève d’ailleurs que lorsqu’il s’agit de représenter la similitude entre la courbe du dessous des pieds et la courbe de la colonne vertébrale, on représente le corps vu de dos, alors que lorsqu’on veut représenter les organes, on représente le corps vu de face… Le créateur se serait-il mélangé les pinceaux, ou plutôt nos pinceaux ? Certes, c’est plus pratique.

Enfin, je vois trop de bénéfices à un massage réel du corps, pour ne pas relativiser l’intérêt d’un massage par la médiation de réflexes venus des pieds. J’entends également que les pieds, avec leur complexité osseuse, le fait qu’ils sont en partie basse du corps, les plus éloignés du cœur, en sollicitation constante, soumis à un poids important… sont des zones d’accumulation de tensions ou de dépôt de ce dont l’organisme ne sait pas trop quoi faire. La lie de la bouteille humaine, en quelque sorte, se retrouverait, attraction terrestre oblige, sous les pieds.

Ceci pour dire que, dans ma pratique actuelle, je garde pour moi une attention particulière aux pieds, sans pour autant chercher outre mesure à faire de la réflexologie. Cela se traduit, d’une part, par une utilisation des pieds comme zone particulière de la gestion d’un massage (par exemple commencer par eux si le recevant arrive trop agité) et, d’autre part, par l’utilisation de gestes de réflexologie sur des points associés à des organes ciblés : le plus souvent des organes dont j’ai la conviction qu’ils peuvent avoir une connexion nerveuse, chimique ou mécanique avec les pieds.

© Joël Massage Bastia Corse www.joel.mic.fr

 

Articles similaires