Le massage minceur

Ce massage est centré sur l’épiderme et plus particulièrement sur l’élimination de la cellulite. Il s’agit d’effectuer des gestes vifs et rapides qui viennent casser les lobules graisseux et remettre eau et graisse en circulation. À charge ensuite pour la personne de faire les exercices qui favoriseront l’élimination par carburation, avant que les lobules ne se reconstituent

Le geste de base du massage minceur est le palper rouler. Celui-ci s’exécute avec les pouces quasiment à plat. C’est alors le mouvement du corps qui envoie les pouces vers l’avant. En même temps les quatre autres doigts moulinent afin de constituer devant les pouces un bourrelet qui avance comme une vague. À la fin, le pouce et les doigts pincent le bourrelet pour le tirer et le ramener fermement vers son point de départ. Le tout est profond et rapide, de sorte à chauffer fortement la zone. La sensation  peut s’avérer douloureuse sur les épidermes fortement congestionnés.
Le palper rouler s’exécute sur presque toutes les parties du corps : mollets, cuisses, fesses, dos, bras, avant-bras, épaules, ventre et visage.
Selon la texture de l’épiderme, la forme et la surface de la zone massée, le palper rouler peut se décliner : grand palper rouler en ligne droite sur toute une zone ; petit palper rouler sur deux ou trois centimètres de déplacement ; palper rouler en étoile, avec des branches plus ou moins importantes selon la configuration de la zone ; palper rouler alternatif : une main avance, l’autre recule ou bien une seule main fait un palper rouler tandis que l’autre tire le bourrelet en arrière, à contresens, en créant un S. Le palper rouler peut également s’exécuter avec les paumes à la place des pouces.

À retenir également dans ce protocole, trois gestes utilisant le poing (donc des gestes puissants) :
Les percussions : frapper la zone alternativement avec les poings (comme quelqu’un qui tape sur la table), de façon très rapide. Le point n’est pas trop serré afin de lui conserver une certaine souplesse. Il ne s’enfonce pas dans la zone : il repart tout de suite, comme un coup de karaté. À utiliser sur : mollets, cuisses, intérieurs cuisses, fessiers, ventre.
La peinture : départ les deux points appuyés sur les phalanges proximales (comme un orang-outan). Poussée vers l’avant. Retour en lissant et déroulant, en passant progressivement sur les phalanges moyennes. Comme un rouleau.
Pétrissage au poing : les deux poings fermés sont en parallèle, pouce ouvert contre pouce ouvert. Les mains pivotent autour des pouces : les deux points se rejoignent comme une pince qui prend un bourrelet d’épiderme et le coince.

En première lecture, je n’envisageais pas de porter le massage minceur en tant que tel à mon offre de services. J’abandonnais ce terrain aux centres d’esthétique. J’ai révisé cette lecture en constatant d’excellents retours de l’utilisation de cette technique dans un objectif plus large de décongestion profonde des couches épidermiques et musculaires supérieures. Il en est résulté un intéressant sentiment de libération de la circulation sanguine, notamment dans les zones fibreuses et porteuses de cellulite.

© Joël Massage Bastia Corse www.joel.mic.fr

Articles similaires