Loco, locomo, locomoteur…

L’appareil locomoteur ne doit pas se regarder uniquement pour sa fonction de charpente et de locomotion. Il constitue aussi l’environnement actif et impactant de nombreux organes internes

L’ostéopathie considère l’appareil locomoteur comme « the primary machinery of life ». Les autres systèmes (digestifs, endocrine, cardiovasculaire) étant considérés au service de la locomotion. Pour relativiser et éclairer cette analyse, je reprends ci-après des passages de l’ouvrage Points gâchettes et chaînes musculaires. Ostéopathie et thérapies manuelles – P. Richter, E. Hebgen – Ed. Maloine

«  L’appareil locomoteur est composé de muscles et d’os. Il doit remplir en même temps deux fonctions contradictoires : d’un côté, il doit veiller à la stabilité et, de l’autre, permettre des mouvements.

Le cervelet et l’organe de l’équilibre permettent de remplir ces deux fonctions. Ces deux structures reçoivent leurs informations de récepteurs qui se trouvent principalement dans les structures myofasciales.

Les muscles sont des organes d’exécution pour les deux fonctions : un tonus de base adéquat des muscles, une capacité de réaction ainsi qu’une bonne coordination de la contraction des muscles permettent aussi bien des mouvements fins et harmonieux que des ajustements subtils d’adaptation afin d’assurer un équilibre le plus économique possible. […]

Afin de pouvoir effectuer des mouvements harmonieux, les muscles ont besoin d’un appui stable, d’un organe central qui coordonne l’activité (le système nerveux) et de structures qui garantissent l’approvisionnement énergétique (le métabolisme). […]

Pour l’ensemble des activités corporelles, la moelle spinale joue le rôle d’une centrale de connexion. Ses dysfonctionnements peuvent avoir des conséquences désastreuses. Toutes les afférences en provenance de l’appareil locomoteur rejoignent la moelle spinale, alors que toutes les efférences vers les muscles en proviennent. C’est là que sont développés les schémas moteurs et posturaux. […]

Les structures myofasciales jouent un rôle essentiel dans toutes les fonctions corporelles, que ce soit la respiration (thoracique et cellulaire), la circulation (diaphragme et muscles en tant que pompe veinolymphatique), la digestion (dans la mobilisation de l’organe) ou comme moyen d’expression des émotions. L’appareil locomoteur permet le mouvement, la communication avec les autres, la prise de nourriture, etc. ».

De cette lecture je retiens deux idées importantes :

  • L’appareil locomoteur, surtout dans sa représentation myofasciale, ne doit pas se regarder uniquement pour sa fonction de charpente et de locomotion. Il constitue aussi l’environnement actif et impactant de nombreux organes internes. Cette vision confirme la capacité d’accès à l’interne, par des sollicitations externes (par exemple dans le cas de la réflexologie).
  • Puisqu’il y a osmose entre l’interne et l’externe, le massage constitue une intention à la fois pour la structure externe et pour la structure interne. Ce qui renforce considérablement « l’ambition » du masseur.

© Joël Massage Bastia Corse www.joel.mic.fr

Articles similaires