Le massage assis

Le massage assis est intéressant par son caractère pratique et rapide (possible en format 5, 10 ou 15mn). Il permet de répondre à des demandes en tout lieu et toute circonstance.  Il permet d’aller en entreprise, sur le lieu de travail. Il favorise une première expérience avec des personnes qui sont réticentes à l’idée d’un massage dénudé.

La position du recevant sur le fauteuil de massage est confortable dans le court terme. Elle n’est pas adaptée à un massage de longue durée. La position permet un bon accès à toute la zone de la nuque et du dos. Elle est en revanche limitative pour les membres et interdit tout travail sur la face avant du tronc.

La position sur le fauteuil de massage assis met en extension la zone sacrum / fessiers. Elle en limite donc la souplesse et l’accessibilité.

La présence de la têtière limite également l’accès à la nuque et présente des contraintes de pression pour le massage de la tête.

Au total, la position n’est véritablement favorable que pour la zone des trapèzes, omoplates, dorsales et lombaires.

Enfin, le massage assis se pratique vêtu, généralement en tenue de ville, donc sous contrainte des différentes formes, épaisseurs et coutures des vêtements.

Les gestes utilisés tiennent compte de la contrainte des vêtements, ce qui exclut tout lissage. Ils reprennent bon nombre de gestes en pression utilisés en massage suédois et empruntent par ailleurs à la panoplie des massages habillés, de tradition Thaï ou Shiatsu.

 

Les gestes spécifiques du massage assis

Je ne reprends ici, pour mémoire, que quelques gestes plus spécifiques à ce massage qui offre la possibilité d’accéder symétriquement et en pression à tout le dos (ce que ne permet pas le massage sur table, par définition latéral).

  • Étirements avec les deux avant-bras : les tranchants des deux avant-bras dans l’axe du corps, de chaque côté de la colonne, mains vers le haut. Un avant-bras reste droit pour tenir la zone. L’autre avant-bras travaille la zone opposée, en pression et extension. Prendre soin d’utiliser le poids du corps.
  • Le chariot : les tranchants des deux avant-bras dans l’axe du corps, de chaque côté de la colonne, mains vers le haut, poings fermés. Poser d’abord les coudes puis tous les avant-bras en pression et basculer progressivement sur les poings. Recommencer en montant à chaque fois d’une ou deux vertèbres.
  • Bras croisés : les deux avant-bras forment une croix, mains vers le bas, coudes vers le haut. Le système ainsi constitué par les deux dessous des avant-bras vient en pression sur le dos ou sur les omoplates, et permet un travail en légère extension et en ondulation de l’axe du tronc.
  • Crochetage omoplates et côtés : le masseur est sur le côté et travaille la partie opposée. Mains à plat, ouvertes : les deux pouces poussent l’omoplate ou le bord gouttière. Puis les 4 doigts crochètent l’opposé. Retour en tirant vers soi en utilisant le poids du corps.
  • Les différentes frappes d’au-revoir: le principe est de terminer le massage assis par des frappes dans l’axe des trapèzes et dans l’axe du dos, afin de dynamiser le recevant (il est en tenue de ville et doit redevenir immédiatement actif). Trois techniques sont possibles :
    • Mains séparées, doigts écartés : petites frappes du tranchant de la main.
    • Mains jointes en prière, doigts écartés : même technique mais plus pesante car avec les deux mains en même temps.
    • Mains inversées, l’une sur l’autre, en godet : la main gauche est dessous, la paume vers le haut ; la main droite est dessus, la paume vers le bas. Les deux sont croisées l’une dans l’autre. Les paumes sont arrondies de sorte à former un soufflet d’air entre les deux paumes. La main droite tapote le dos en emportant la main gauche. Bruit de soufflet à chaque frappe.

© Joël Massage Bastia Corse www.joel.mic.fr

Articles similaires